Le Syndicat Français des Métiers de la Résine - SFMR est une organisation professionnelle qui a pour but de représenter et défendre les entreprises de bâtiment
auprès des pouvoirs publics, des décideurs économiques et des autres acteurs de la construction.

Membre de la Fédération Française du Bâtiment

Vous êtes sur le site du Syndicat Français des Métiers de la Résine

espace adhérent

espace adhérent

Email utilisateur :

Mot de passe

Mémoriser ses identifiants

OK

Vous êtes ici > > >

OK

Edito

Le 30 juin 2020

Chers adhérents, chers collègues,

Dans l’édito du mois de mars, je vous invitais à anticiper la reprise d’activité. Nous l’avons vécu, elle nous a mis devant la nécessaire réorganisation de nos entreprises et la sécurisation de nos salariés. Nous avons traité les chantiers qui se sont débloqués, les travaux urgents.

Comme d’autres secteurs de l’économie, nos clients ont aussi des difficultés à se projeter et préfèrent maintenir leurs activités plutôt que d’engager des travaux. Assurer notre activité dans les mois à venir implique de reprendre contact avec les clients et d’en démarcher de nouveaux et communiquer pour restaurer la confiance. La manière dont vous gérez les conséquences sanitaires pour vos salariés et votre présence sur les chantiers, doit être mise en avant au même titre que vos prestations techniques. 

Le 4 juin, à l’occasion de notre assemblée générale, nous avons demandé à Nicolas Froment, de l’OPPBTP, de nous faire une première restitution des enseignements des campagnes de prélèvements sur 3 chantiers réalisés dans le cadre de l’étude métier ergo-toxicologie.
 
Tout d’abord, il faut remercier les entreprises et leurs salariés qui ont accueilli les équipes d’observateurs. Cela a été difficile de trouver des chantiers, difficile de faire coïncider les plannings des uns et des autres. Les enseignements de ces chantiers ne disent pas pour autant qu’une entreprise travaille bien ou mal tout le temps. Ils disent simplement, ce qui peut nous arriver à tous à un moment donné, et peut être un peu plus souvent si l’on n’y prendre garde.
 
Le SFMR va s’attacher, très ardemment, à faire en sorte que chacun prenne garde. Car, s’il n’y a bien une chose à retenir de ces constats, c’est qu’ils montrent « noir sur blanc » que l’amélioration des conditions de travail n’est pas un aspect accessoire du métier mais comment sa prise en considération est un vecteur d’amélioration de la rentabilité globale de l’entreprise.

Jean-Louis Grégon, président.


Le 30 juin 2020